Pyromasse Home Page


English Version

Martin Muñoz De Las Posadas

Les observations qui suivent ont été recueillies dans la ville de Martin Muñoz De Las Posadas dans la Vieille-Castille.




Martin Muñoz De Las Posadas, vu du NNE

Partout dans Leon et Castille, dans les régions originalement boisées de pins noirs, les résidences rurales étaient, et jusqu'à un certain point sont encore, chauffées par une forme d'hypercaust appelée Glorias Castillanas.

Appelée par les locaux « une chose romaine », on présume que les glorias ont été introduites dans la péninsule pendant les 500 ans de l'Occupation Romaine, débutant en 19 BC.

Hypocaust

Toutes les résidences de la région construites avant 1960 étaient chauffées par les glorias mais aujourd'hui, seulement quelques unes sont entretenues et utilisées. Certaines maisons bâties après 1960 utilisent encore les gloria comme principale source de chaleur.

On a délaissé les glorias après l'introduction des systèmes de chauffage à l'huile et au gaz, beaucoup plus pratiques. Avec la crise économique qui affecte l'Espagne, on a recommencé à les introduire dans certaines nouvelles résidences. Comme c'est un système de chauffage sous le sol avec la boite à feu à l'extérieur, utilisé ou non, la forme n'affecte en rien l'ergonomie de la demeure et fournit un système d'appoint « dormant » que l'on peut allumer en cas d'urgence ou si nécessaire. Contrairement aux foyers scandinaves qui ont été démolis en masse avec la venue du chauffage central, les glorias délaissées sont encore utilisables aujourd'hui.

Les glorias consistent en un chemin de fumée branché à une boîte à feu située à l'extérieur, dans le mur de la fondation d'un côté de la maison et à une cheminée à l'extérieur, sur le côté, à l'extrémité opposée de la maison. L'orientation de la cheminée ou l'orientation des chemins de fumée entre la boite à feu et la cheminée semblent aléatoires. Les planchers de la maison couvrant complètement l'hypercaust, le constructeur est la seule personne connaissant les spécificités du chemin de fumée. On peut avoir une idée de l'orientation soit en touchant le plancher pour sentir la chaleur, soit en consultant le propriétaire ou en rampant dans le chemin.

Quoique bien connu comme système de chauffage dans les édifices publics romains pendant tout l'Empire, on retrouve l'hypercaust seulement à Leon et à Castille comme moyen de chauffage résidentiel sur une si grande étendue. Les raisons étant : l'éloignement de l'influence de la mer et l'altitude relativement élevée. La région est froide et sèche en hiver contrairement aux autres régions de la péninsule. Ce qui veut dire que les glorias ne risquent pas d'être inondées et la maçonnerie de souffrir de l'humidité, diminuant ainsi l'efficacité

Traditionnellement, dans les glorias on brûlait seulement les aiguilles de pin ramassées sur le sol en forêt. Les aiguilles ne servant à rien d'autre que comme combustible, on réservait ainsi le bois pour la cuisine et l'herbe pour la nourriture des animaux. On utilisait des cônes de pins au lieu de brindilles pour allumer le feu. Dans l'histoire, les limites du pin noir dans la région ont déterminé les endroits où l'on utilisa les glorias.




À l'Hôtel de Ville, on nous a indiqué l'une des résidences où l'on utilise encore la gloria pour se chauffer.




La gloria, illustrée sur les 8 images suivantes, chauffe un magasin général.
La boîte à feu est sous le niveau. L'ouverture d'accès couverte par une porte en métal. (ici, vue ouverte).




Une plaque de métal à guillotine sert à ouvrir et à fermer la boîte à feu. Vue ici en position ouverte. On peut régler l'ouverture de la porte à l'aide de la chaîne attachée au mur. À notre arrivée, la porte était complètement fermée et le feu presque éteint. Au début du feu, la plaque est abaissée mais pas complètement fermée, permettant l'entrée du flux d'air de combustion.




Le plancher du magasin de 18 pieds de long chauffé par la gloria. La boîte à feu est dans le mur extérieur, derrière la caméra. La cheminée à l'extérieur, dans le coin droit du mur, au fond, derrière le comptoir du magasin.

La propriétaire de la gloria nous a dit que le chemin de fumée consistait en un conduit allant de la boîte à feu à la cheminée avec, de chaque côté, partant d'un même point, deux conduits de même capacité que le conduit central. Les conduits des côtés partent d'un même point du conduit central (peu après la boîte à feu) et le rejoignent à l'autre bout juste avant le branchement de cheminée. Le plancher directement sous la caméra était très chaud au toucher, et considérablement plus froid autour du comptoir, su fond.




Vue dans la boîte à feu montrant l'évidence d'un feu relativement intense à la fin de 4 heures de combustion. La propriétaire venait d'y brûler des palettes peintes et trouvait que l'un des grands avantages des glorias était justement de pouvoir y brûler presque n'importe quoi.




Le plafond voûté de la boîte à feu et les parois sont en briques d'argile posées avec un type de mortier réfractaire local ayant la même consistance et utilisé de la même façon que le mortier commun.
À l'origine on aurait utilisé du mortier d'argile.
À l'arrière, la partie compressée supporte la voûte.

Le peu de nettoyage nécessaire se fait en rampant dans le tunnel avec une brosse à ramoner.

Comme le feu était à peine éteint je n'ai pu me rendre plus loin pour inspecter.




La cheminée extérieure à 22 pieds de la boîte à feu.




Trappe de cheminée à guillotine.




On a visité un autre commerce mais la Gloria n'était pas allumée et la boîte à feu (à l'extérieur, sous la fenêtre à l'arrière) était barrée. Le conduit parcourant au moins 35 pieds à partir de la boîte à feu jusqu'à la cheminée, dans une pièce à droite, derrière la caméra.




La cheminée de la Gloria que l'on voit ici est beaucoup plus courte que le chemin de fumée. Allumer le premier feu de la saison n'est pas toujours facile mais après, la température ambiante assure le thermosiphon



Un entrepreneur en construction de la région nous a parlé de glorias avec plusieurs boîtes à feu et chemins de fumée pouvant chauffer plus d'une résidence.

Le principal désavantage des glorias est leur température inégale. Très chaud juste au-dessus de la boîte à feu et considérablement plus frais vers la fin du chemin de fumée. Certaines glorias sont équipées d'un déflecteur opéré manuellement placé au point où le chemin de fumée se divise en deux. Opéré par une tige depuis la boîte à feu, le déflecteur permet de chauffer un conduit seulement, ou d'alterner, au lieu de chauffer les deux à la fois.

Voir aussi:

CLM en Vivo: Calefacción mediante Gloria, Mascaraque (17-11-2009) (Video, 5 Mins 25 Secs, Espagnol)

Viviendas Ondol (Espagnol)


Marcus Flynn

2009




Navigation       Articles par Marcus Flynn
Contact Pyromasse