Moskitia: Notes De Terrain

Ces notes et images documentent un type de cuisinière traditionnelle utilisée chez plusieurs communautés Miskito situées dans la partie supérieure de la Vallée de la Rivière Wangki.

Aperçu du terrain.

Voir aussi: WaWaBar and Karata

Note: Moskitia est le nom du territoire historique des Miskito. Il est divisé par la Rivière Wangki en à peu près 2 parties égales. La rivière trace la frontière entre le Moskitia Hondurien et Nicaraguayen.

Miskito est le nom des habitants indigènes de Moskitia et de leur langage.

La Côte des Moskitos est le nom européen pour la côte du Moskitia Nicaraguayen. Avant l’incorporation au sein des républiques du Honduras et du Nicaragua, Moskitia était sous protectorat Britannique et connue sous le nom de Moskitia Britannique.

Cobos est le nom en Miskito des plateformes de cuisson traditionnelles élevées que l’on retrouve dans toute la région. Les cobos ci-dessous ont été documentés dans les villages de San Andres, Walakitang, Raity et Siskayari.

Les cobos sont construits à partir de terre riche en argile orange couvrant tout Moskitia sauf sur la côte. Quoiqu’ils varient considérablement, les cobos peuvent être divisés en 2 types, qu’on définira ici comme ouverts ou fermés.



Les cobos ouverts consistent en une plate-forme de bois couverte d’une épaisse couche d’argile. Deux parois d’argile parallèles contiennent le feu sur lequel on place directement les casseroles. C’est la forme de cobos traditionnelle de base.



Les cobos ouverts sont souvent installés sur le balcon plutôt que dans la maison.



Ce cobos comporte trois parois parallèles et peut contenir 2 feux séparés.



Dû à la rareté de bois de sciage, la fondation est faite en bambou disposé en entonnoir pour former un cadre rempli d’argile.







Dans ce pavillon ouvert sur l’extérieur la fumée n’est pas un problème.







Le cobos fermé est considérablement plus sophistiqué que la version ouverte. Il consiste en une boîte à feu rectangulaire en argile avec une ouverture de chargement à une extrémité et 2 à 4 ouvertures circulaires sur le dessus. Les casseroles sont placées sur les ouvertures, le dessous directement en contact avec la flamme.

À moins d’installer une cheminée à l’arrière du cobos, la fumée se dégage par l’ouverture de chargement quand toutes les ouvertures circulaires sur le dessus sont couvertes par les casseroles. Et de ces ouvertures circulaires quand on retire les casseroles. Quand il est en opération, la fumée se répand dans la cuisine habituellement bien ventilée et séparée du reste de la maison. À moins d’être pourvu d’une cheminée, le cobos fermé dégagera autant de fumée que la version ouverte.




Les cuisines sont ventilées grâce aux espaces entre les lattes de la partie supérieure des murs et des ouvertures dans la structure du toit de tôle permettant au vent de dégager la fumée.



Ce cobos est équipé d’une cheminée de 4 pouces de diamètre attachée à l’arrière et de couvercles en acier que l’on place sur les ouvertures circulaires lorsqu’on retire les casseroles du feu.



La boîte à feu archée montre qu’il n’y a pas de linteau de fer au-dessus de l’ouverture. C’est le four le plus sophistiqué documenté.



Un cobos récemment construit dos-à-dos avec 3 boîtes à feu distinctes et 7 ouvertures pour y placer les casseroles dessus.



















Ce cobos est équipé d’une cheminée de 4 pouces de diamètre et d’une grande ouverture dans un des murs de la cuisine pour évacuer la fumée. Noter le mur noirci à l’arrière.







Dans ce cobos-ci 3 morceaux de barres plates font le pont au-dessus de l’ouverture de la boîte à feu.







On dit que la petite alcôve sous la sole serait assez chaude pour y cuire des gâteaux. Un des avantages des cobos fermés est qu’il y a beaucoup plus de rétention thermique et la direction des flammes où c’est nécessaire. Ici sur le dessus on note plus de casseroles que d’ouvertures, certaines pour réchauffer les aliments, d’autres pour cuire, toutes en même temps.



Le dessus a été fermé avec des tiges d’armature et des retailles de tôle pour faire tenir l’argile en place.







La longue sole permet d’alimenter le feu avec de longs bouts de bois lentement tout au long de la cuisson.



La boîte à feu étant fermée, les flammes et la chaleur sont concentrées directement sous le bas de la casserole.


Les images ci-dessous détaillent la construction vernaculaire d’un cobos fermé par des femmes de Siskayari.



Le cobos est construit sur une simple fondation en bois.



Des planches de bois servent pour la forme des parois à l’arrière et sur les côtés du cobos.



Le medium employé pour la construction des cobos est la terre riche en argile orange qu’on retrouve partout. Ici celle utilisée se trouve environ à 15 pieds du site où sera construit le cobos.



Détail: Une indication du contenu d’argile dans le sol et combien la bêche y travaille bien.



S’il faut juste une petite quantité d’argile pour la finition, on la prendra directement à partir du sol.



Le dessus est fermé à l’aide de tiges d’armature et de morceaux de tôle pour faire tenir l’argile.



Une casserole sert à contrôler la circonférence des ouvertures sur le dessus.



Un morceau de tôle à toiture sert de linteau au-dessus de l’ouverture de chargement.



Le linteau de tôle est couvert d’argile.







Le cobos est terminé en moins d’un jour. Le petit recoin sur l’extérieur de la paroi, en bas au coin derrière, sert à garder les allumettes.



Vue de l’intérieur.



Des traces de poules quelques minutes à peine après l’ouvrage terminé.



Fissures de contraction après avoir passé une bonne partie de la journée en plein soleil juste après la construction.



The contraction cracks have been filled in and have opened again almost immediately. The light grey colour of the cobos is created by mixing ash with liquid clay to form the final coat.



Le cobos a été allumé 3 jours après construction par nécessité parce qu’il remplaçait un cobos fermé servant à nourrir plusieurs personnes. Des hommes ont mentionné qu’il avait été allumé trop tôt après avoir été terminé.



Après avoir rempli les fissures pour une troisième fois, le cobos est prêt à être utilisé de façon régulière.



Lidia prépare le café et le gallo-pinto.

Marcus Flynn

2017


Articles par Marcus Flynn
Contact Pyromasse