Pyromasse Home Page


English Version

Brique Réfractaire pour la Construction du Coeur


Dû aux influences périphériques des poêles de masse en Europe Occidentale et en Amérique du Nord et au fait que l’industrie des matériaux réfractaires soit relativement moderne et en constante évolution, on ne dispose pas d’informations spécifiques pour ce qui est de l’usage correct des matériaux dans la construction de poêles de masse.

Il n’y a, pour la même raison, aucuns produits spécifiquement conçus pour la construction de poêles de masse.

À ce point-ci, plutôt que de suivre un protocole établi, les constructeurs de poêles de masse professionnels autant que les auto-constructeurs doivent faire le tri parmi une foule de fiches techniques et d’expériences conflictuelles pour trouver ce qu’ils espèrent être les meilleurs matériaux.

Quoique l’internet soit éventuellement la solution au problème, il offre aussi un éventail de produits qui pourra exaspérer le dilemne du choix qui s’offre à l’auto-constructeur.

Si l’on accepte que la différence d’efficacité de nombreux matériaux réfractaires soit minime, le point le plus important à considérer dans l’évaluation des matériaux c’est leur longévité.

Avec les noms et la composition des matériaux réfractaires changeant constamment dû à la compétitivité, l’industrie en évolution et les stratégies de mise en marché, l’évaluation de matériaux de marques spécifiques à long terme est à toute fin pratique impossible.

Et si la plupart des professionnels et auto-constructeurs ont une réponse à donner si on leur demande quelle est la durée de vie d’un poêle de masse, ils se basent souvent sur ce qu’ils ont entendu dire.

En Amérique du Nord on pratique le métier depuis 30 ans seulement. Même si les pionniers professionnels utilisent les mêmes matériaux qu’à leurs débuts, ce dont on peut douter, combien revisitent leurs projets initiaux pour évaluer les conditions des matériaux utilisés?

À part les rapports de Norbert Senf, il n’y a aucune évaluation publiée sur la condition d’un poêle de masse après 20 ans d’usage continu.

http://heatkit.com/research/callback-ruppell.htm Observations 28 years later.
http://heatkit.com/research/callback-inksett.htm Observations 17 years later.)

L’information qui suit découle de ma propre expérience dans le métier, et de ce fait, c’est cela seulement.
Après 18 ans de tavail continu dans le domaine et de croisements de références avec d’autres professionnels, il faut reconnaître que j’ai seulement une connaissance limitée en ce qui a trait au choix des matériaux pour la construction du cœur.

Trois choses influencent le choix de la brique. La longévité, l’uniformité et le coût.

Longévité:
J’ai observé que les seuls endroits où il y avait eu détérioration des surfaces des matériaux dans les coeurs que j’ai construits c’était à l’arrière et sur les côtés des parois de la boîte à feu.
Les autres endroits du cœur sont demeurés relativement intacts, même après plusieurs années d’usage continu.
J’ai déjà pensé que l’ennemi de la longévité d’un poêle de masse c’était les chocs thermiques.
Quoique le cycle thermique ne soit évidemment pas bon pour un poêle, si c’était un problème majeur on ne noterait pas la dégradation des matériaux seulement dans la boîte à feu, mais partout dans le coeur, particulièrement sur le plafond de la boîte à feu et dans le tube à feu.

C’est devenu évident que ce qui affecte la longévité, c’est l’attaque chimique, particulièrement l’effet du monoxyde de carbone.
Ce qui l’indique c’est que les surfaces détruites sont uniquement celles des parois de la boîte à feu les plus près de la charge de bois.
Ce sont les endroits les plus chauds du coeur et les premiers à être badigeonnés par le monoxyde de carbone dégagé lors du procédé de combustion, et par les composants chimiques s’échappant des gazs du bois.
Il y a aussi la faible influence abrasive des gazs et l’abrasion directe de la charge de bois.

Le type de destruction que l'on peut voir: i.e.: vitrification et desintegration de la surface du materiau, indicateur d'attaque chimique.

En en tenant compte, dans ces endroits il vaut mieux utiliser une brique dense, riche en alumine, à haute ou moyenne résistance, plutôt qu’une brique poreuse de faible résistance.

Les briques poreuses résisteront peut-être mieux aux chocs thermiques que les briques plus denses, riches en alumine, mais les briques plus denses résisteront mieux aux attaques chimiques, donc devraient être utilisées dans la boîte à feu.

Une brique plus dense haute résistance aura aussi une plus forte capacite d’accumulation et un transfert de chaleur supérieur et si on peut se le permettre on devrait les utiliser dans tout cœur.

Uniformité:

Les briques de dimensions régulières sont plus faciles à poser et il faut moins de mortier réfractaire que pour poser une brique irrégulière.
Il faudra faire des joints épais pour poser des briques déformées ou si leur taille varie. Comme l’épaisseur des joints est un point important à considérer, il vaut mieux éviter les briques irrégulières.
En général je trouve que les briques haute ou moyenne résistance ont tendance à être plus régulières que celles de faible résistance ou que les briques génériques.

Coût:

Les briques à résistance élevée sont beaucoup plus chères que les plus faibles. Pour le professionnel qui doit les utiliser souvent c’est un facteur important, sinon il ne faudrait pas trop considérer.

J’utilise souvent des briques haute résistance dans tout le coeur, question d’uniformité et de logistique de livraison à employer le même type de briques.
Quoique si c’est necessaire, si je suis confiant d’utiliser des briques haute résistance uniquement dans la boîte à feu, incluant le fond et le plafond encorballé, et des briques faible résistance pour toutes les autres portions du cœur.

Lorsqu’une brique d’habillage véritablement dense et solide est disponible, je n’hésite pas à l’utiliser pour monter les 2/3 du bas des conduits latéraux, ainsi que pour les quatre premiers rangs du cœur.

Un exemple des 4 premiers rangs du cœur et 12 rangs des conduits latéraux en briques d’argile.
http://www.pyromasse.ca/articles/chimney4_e.html
(Désolé disponsible seulement en anglais)

Cette discussion sur le forum de la MHA met l’emphase sur la complexité à choisir une brique réfractaire convenable.
http://mha-net.org/docs/v8n2/docs/Firebrick%20high-duty%20vs%20low%20duty.htm

Fiche technique d’une brique typique haute résistance.
France Non Spall (PDF)



Marcus Flynn

2010



Navigation

Contact Pyromasse